Press "Enter" to skip to content

1024 architecture, scénographes de la Nuit SFR Live Concerts 2011

1024 architecture, scénographes de la Nuit SFR Live Concerts 2011 Le Vendredi 19 août 2011 par AntoinedePointZéro

Pour cette 3ème édition des soirées SFR Live Concerts au Grand Palais, c’est à Pierre Schneider et François Wunschel, formant ensemble 1024architecture, que revient la scénographie du lieu. Rencontre avec une moitié du binôme pour nous présenter leur vision artistique et le projet qui s’installera sous la nef du Grand Palais le 8 octobre prochain.

Pierre, peux tu revenir sur la genèse de 1024 et sur vos parcours respectifs ?

1024 est tout d’abord né de notre rencontre entre moi et  François à l’école d’architecture de Strasbourg en 1996. Nous avons très vite rendu nos projets et exercices d’analyse urbaine sous la forme de petites performances ou films d’animation plutôt que les traditionnels plans, coupes et schémas chères au monde de l’architecture et de l’urbanisme. Nous avons ensuite poursuivi nos études à Paris et avons fondé avec 3 autres architectes le collectif EXYZT, avec lequel nous avons développé une série d’installations architecturales éphémères que nous concevions, construisions et habitions. En 2007 nous avons réalisé le dispositif SQUARE Cube pour le musicien Etienne de Crecy, c’est à ce moment là que nous avons crée notre propre label créatif: 1024 architecture.

A voir : Etienne de Crécy live au Grand Palais, NUIT SFR 2010

Et pourquoi 1024 ?

Pour la petite histoire, les visuels que nous projetons sur le cube d’Etienne ont une résolution de 512 par 512 pixels, 2×512=1024. 1024 correspond à la résolution standard d’un écran ou d’un projecteur vidéo, 1024 architecture est né de la volonté de faire dialoguer le monde réel, construit, que l’on mesure en mètre (ou en inch), avec le monde virtuel, fait de pixels… Malgré un parcours commun en école architecture à Strasbourg puis à Paris, nous avons des compétences très différentes que nous faisons dialoguer dans nos projets. Nous concevons toujours nos projets ensemble, ensuite je m’occupe plus particulièrement de la partie réelle et construite (le hardware) et François de l’aspect numérique (le software).

Avez vous un matériel, une technologie  de prédilection ?

Nous utilisons beaucoup de matériaux simples, bruts et standardisés, le plus souvent issus du monde du chantier ou liés au processus d’industrialisation, de transport, de conditionnement. On peut trouver dans notre « catalogue » de prédilection des échafaudages, des conteneurs, du bois de coffrage, des palettes, des filets de chantier, du plastique thermo-retractable (utilisé dans le conditionnement de masse ou dans les chantiers de dés-amiantage)…

Quant à notre technologie de prédilection je parlerais bien évidement de projection vidéo et plus particulièrement de mapping, qui consiste à projeter directement sur un volume tri-dimmensionnel plutôt qu’un écran plat, mais nous sommes sensibles à tous les produits qui génèrent de la lumière, des Leds au Lasers en passant par de simples tubes néons de chantier.

On vous a vu travailler avec un Kinect récemment…

Effectivement nous sommes toujours en recherches de nouveaux outils de contrôle et d’interaction, nous sommes issus de cette génération qui a vu apparaitre et a grandi avec les jeux vidéos, nous sommes donc très sensibles à leur évolution et utilisons beaucoup les contrôleurs mis en place par les développeurs du monde du jeux. Ceci tout d’abord parce que ces contrôleurs sont intuitifs et ludiques et encore une fois car nous pouvons les trouver partout sur le marché, en France comme à l’étranger. Beaucoup de nos dispositifs sont donc contrôlés grâce à un joystick playstation, une wii et plus récemment nous nous sommes intéressés au potentiel qu’offre le dernier né des contrôleurs de jeux: la Kinect.

Make the Line Dance from 1024 on Vimeo.

Que vous évoque la tendance 3D ?

La technologie 3D s’inscrit dan cette continuité d’évolution du dialogue entre le monde réel et le monde virtuel : les frontières entre l’écran numérique et l’espace physique disparaissent progressivement. Ce qui est évidement très intéressant et stimulant artistiquement, et notamment dans le cadre du travail et des recherches que nous menons chez 1024 architecture. La technologie 3D et son évolution nous intéressent donc très particulièrement, même si nous pensons que nous en sommes encore au balbutiement.

La tendance 3D que vous évoquez nous séduit quant à elle beaucoup moins, elle a avant tout des objectifs consuméristes et met donc en avant des produits qui sont dépassés dès qu’ils rentrent sur le marché de la grande consommation : on nous vend bien souvent du vent, mais ceci, nous le savons, permet de développer la technologie suivante, qui sera forcément plus intéressante, de manière à justifier que l’on jette une fois de plus notre ancienne télé pour la nouvelle, c’est ce qu’on appelle l’obsolescence programmée.

Vos projets se caractérisent par leur aspect éphémère, comment abordez vous cette dimension ?

En tant qu’architectes censés construire pour l’éternité nous avons pus constater que les règles et les contraintes des projets pérennes sont si grandes qu’elles limitent bien souvent les possibles et la créativité. La dimension éphémère de nos projets nous permet de nous en affranchir et de nous ouvrir un territoire d’expression et de liberté bien plus grand et stimulant.

Vous allez intervenir au Grand Palais dans le cadre de la Nuit SFR, comment aborde-t-on un tel endroit ?

D’abord par son échelle et ses dimensions impressionnantes ! Le Grand Palais est un monument magnifique aux dimensions surréalistes! Anish Kapur l’a bien compris avec son projet de Léviatan… Paradoxalement, cet espace de 15 000m2 ne peut accueillir que près de 5000 personnes en même temps pour des raisons de sécurité! Il s’agissait donc de créer un lieu dans le lieu, de manière à contenir le public sans qu’il ne se sente perdu dans l’immensité des grandes nefs. Au delà de l’endroit il y a aussi les contraintes temporelles liés à cet événement, il faut s’avoir que l’ensemble de la soirée est mis en place en 24h et dont être démontée en la moitié !

A ce titre, qu’avez vous décidé de faire ?

Sans trop en dévoiler, l’espace sera complètement revisité. Nous avons voulu offrir une scénographie en rupture avec les éditions précédentes, de manière à surprendre les spectateurs déjà venus. Le monument et la soirée doivent rester exceptionnels ! Aussi les éléments choisis, en plus de répondre aux contraintes techniques, font directement référence aux origines et à l’esprit des musiques électroniques.

Un lieu qui n’est pas étranger à vos créations puisque Etienne de Crécy y a joué lors de la première édition, comment se passe les collaborations avec les artistes ? Après Crecy, Vitalic, d’autres à venir ?

Notre projet SQUARE Cube pour Etienne de Crecy tourne toujours, le projet V-Mirror pour Vitalic arrive en fin de tournée, et nous sommes déjà en train de réfléchir à la suite ensemble… Sinon nous avons beaucoup d’artistes qui nous sollicitent pour leur projet de live, actuellement nous préférons nous concentrer sur nos projets personnels et différentes expérimentations et recherches que nous voulons pousser plus loin. Nous n’excluons pas de nouvelles collaborations pour autant, encore faut-il que le projet soit stimulant…

Plus d’infos sur 1024 : http://www.1024architecture.net/

A propos de AntoinedePointZéro (@AdePointZero) Collaborator at @VICE | @ElektricityFest | @TriangleMag Réactions & commentaires

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.